• 00Jours
  • 00Heures
  • 00Minutes
  • 00Secondes

Les ODD

  • 00Jours
  • 00Heures
  • 00Minutes
  • 00Secondes

Objectifs du Développement durable

  • PAS DE PAUVRETÉ
  • FAIM « ZÉRO
  • BONNE SANTÉ ET BIEN-ÊTRE
  • ÉDUCATION DE QUALITÉ :
  • ÉGALITÉ DES SEXES :
  • EAU PROPRE ET ASSAINISSEMENT :
  • ÉNERGIE PROPRE À UN COÛT ABORDABLE
  • TRAVAIL DÉCENT ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE :
  • INDUSTRIE, INNOVATION ET INFRASTRUCTURES :
  • ÉGALITÉ :
  • VILLES DURABLES :
  • CONSOMMATION ET PRODUCTIONS RESPONSABLES :
  • LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES :
  • VIE AQUATIQUE :
  • VIE TERRESTRE :
  • PAIX, JUSTICE ET INSTITUTIONS EFFICACES :
  • PARTENARIATS :

À l’heure actuelle, 30 millions d’enfants grandissent dans la pauvreté dans les pays riches du monde.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde d’ici à 2030.

Pourquoi?


Plus de 700 millions de personnes vivent encore dans l’extrême pauvreté et peinent à satisfaire leurs besoins les plus élémentaires, tels que la santé, l’éducation et l’accès à l’eau et à l’assainissement, pour n’en citer que quelques-uns.
Cela représente beaucoup de personnes. Oui. L’écrasante majorité des personnes vivant avec moins
de 1,90 dollar par jour appartient à deux régions : l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne. Ces deux régions abritent environ 70 % de la totalité mondiale des personnes en situation d’extrême pauvreté.
Les pays à revenu intermédiaire (tranche inférieure), dont la Chine, l’Inde, la République d’Indonésie et le Nigéria, abritent près de la moitié des pauvres du monde.
Cependant, les pays développés ne sont pas épargnés. À l’heure actuelle, 30 millions d’enfants grandissent dans la pauvreté dans les pays les plus riches du monde.

Pourquoi y a-t-il tant de pauvreté dans le monde ?


La pauvreté est de natures très diverses, mais parmi ses causes figurent le chômage, l’exclusion sociale et la grande vulnérabilité de certaines populations aux catastrophes, maladies et autres phénomènes qui les empêchent d’être productives. Je ne suis pas pauvre.

Pourquoi devrais-je me préoccuper de la situation économique des autres ?

Pour de nombreuses raisons, mais en bref, parce qu’en tant qu’êtres humains, notre bien-être est intimement lié. Les inégalités grandissantes nuisent à la croissance économique et sapent la cohésion sociale, aggravant les tensions politiques et sociales et, dans certains cas, alimentant l’instabilité et les conflits.

Pouvons-nous véritablement atteindre cet objectif ?

Oui. Pour mettre fin à la pauvreté extrême à travers le monde en 20 ans, l’économiste Jeffrey Sachs a calculé que le coût total annuel serait d’environ 175 milliards de dollars. Cela représente moins d’un pour cent des revenus combinés des pays les plus riches du monde.

Que puis-je faire ?

Si vous êtes jeune : Vous pouvez faire la différence dans la lutte contre la pauvreté en participant activement à l’élaboration des politiques. Cela vous permet de promouvoir vos droits, de faire entendre votre voix, de garantir l’échange de connaissances entre les générations et d’encourager l’innovation et l’esprit critique à tous âges pour appuyer un changement dans la vie des populations et des communautés.
Si vous êtes un responsable politique : Les Gouvernements peuvent aider à créer un environnement porteur , qui offrirait un emploi productif et des perspectives professionnelles pour les personnes pauvres et marginalisées. Ils peuvent formuler des stratégies et des politiques fiscales pour stimuler une croissance favorable aux pauvres et réduire la pauvreté.
Si vous travaillez dans le secteur privé : Le secteur privé, en tant que moteur de la croissance économique, a un rôle majeur à jouer pour ce qui est de déterminer si la croissance qu’il crée est inclusive et contribue dès lors à réduire la pauvreté ou non. Il peut offrir des perspectives économiques aux pauvres, en ciblant les
secteurs de l’économie dans lesquels travaillent la plupart des pauvres, c’est-à-dire les micro- et petites entreprises et celles qui opèrent dans l’économie parallèle.
Si vous faites partie de la communauté scientifique ou universitaire : Les communautés éducative et universitaire ont un grand rôle à jouer dans la sensibilisation aux conséquences de la pauvreté. Les sciences jettent les bases de nouvelles approches, solutions et technologies durables permettant de relever les défis consistant à réduire la pauvreté et à parvenir au développement durable. La science a grandement contribué à l’élimination de la pauvreté. Par exemple, elle a permis l’accès à l’eau potable, réduit le nombre de décès causés par les maladies d’origine hydrique et amélioré l’hygiène, afin de réduire les risques sanitaires liés à l’insalubrité de l’eau et au manque d’assainissement.
Pour en savoir plus sur l’objectif #1 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Il est nécessaire de changer le système alimentaire et agricole mondial en profondeur pour nourrir les 795 millions de personnes souffrant actuellement de la faim et les 2 Milliards personnes supplémentaires attendus pour 2050.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Pourquoi?

La faim extrême et la malnutrition restent un obstacle au développement durable et créent un piège dont il est difficile de s’échapper. La faim et la malnutrition rendent les individus moins productifs,
plus enclins aux maladies et donc plus souvent incapables de gagner plus et d’améliorer leurs moyens de subsistance . Près de 800 millions de personnes souffrent de la faim à travers le monde. La vaste majorité d’entre elles vit dans les pays en développement.

Répartition par région des personnes souffrant de la faim en 2015 (estimation)
États-Unis et Europe 14,7 millions
Afrique 232,5 millions
Asie 511,7 millions
Amérique latine et Caraïbes 34,3 millions
Océanie 1,4 million

Pourquoi tant de personnes souffrent de la faim alors que nous avons suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir tout le monde ?

Les mauvaises pratiques de récolte et le gaspillage alimentaire ont contribué à la pénurie alimentaire. Les guerres ont également eu un impact négatif sur la disponibilité de la nourriture et ont entraîné la destruction de l’environnement, qui est vital pour cultiver des denrées alimentaires.

Pourquoi devrais-je m’en préoccuper ?

Nous voulons tous que notre famille mange de la nourriture saine et nutritive en suffisance. Un monde sans faim peut avec
un impact positif sur nos économies, la santé, l’éducation, l’égalité et le développement social. Il s’agit d’une pièce maîtresse de la construction d’un meilleur avenir pour tous. Par ailleurs, étant donné que la faim limite le développement humain, nous serons dans l’incapacité d’atteindre les autres objectifs de développement durable, tels que ceux en matière d’éducation, de santé et d’égalité des sexes .

Quel est le coût de l’objectif « Faim zéro » ?

Selon les estimations, nous aurons besoin en moyenne de 267 milliards de dollars supplémentaires par an pour éliminer la faim dans le monde d’ici à 2030. Il sera nécessaire d’investir dans les zones rurales et urbaines et dans la protection sociale, de sorte que les pauvres aient accès à la nourriture et puissent améliorer leurs moyens de subsistance.

Que puis-je faire ?

Vous pouvez apporter des changements dans votre propre vie — à la maison, au travail, au sein de votre communauté — en soutenant les agriculteurs ou marchés locaux, en choisissant
de la nourriture durable, en soutenant une nutrition de qualité pour tous et en luttant contre le gaspillage alimentaire.
Vous pouvez également utiliser le pouvoir dont vous disposez en tant que consommateur et électeur pour inciter les entreprises et les gouvernements à prendre les décisions et apporter les changements qui feront de l’objectif « Faim zéro » une réalité. Prenez part à la conversation, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans votre communauté locale.
Vous pouvez rejoindre le Mouvement mondial Faim zéro en participant au Défi Faim zéro (www.zerohungerchallenge.org) pour en apprendre plus et pour découvrir de nouvelles façons d’agir !
Pour en savoir plus sur l’objectif #2 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

1 milliard de dollars dépensé en couverture vaccinale peut sauver 1 million d’enfants chaque année.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Pourquoi ?

Il est important de permettre à tous de vivre en bonne santé et de promouvoir le bien-être de tous à tout âge pour construire des sociétés prospères.
Cependant, malgré les progrès remarquables accomplis dans l’amélioration de la santé et du bien-être de la population ces dernières années, des inégalités en matière d’accès aux soins de santé persistent.
Plus de six millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année, et seule la moitié des femmes dans les régions en développement ont accès aux soins de santé dont elles ont besoin.
Les épidémies telles que le VIH/ SIDA prospèrent là où la peur et la discrimination limitent la capacité des personnes à recevoir les services dont elles ont besoin pour jouir d’une vie saine et productive.
L’accès à une bonne santé et au bien-être est un droit de l’homme, et c’est pourquoi le programme de développement durable offre une nouvelle chance de veiller à ce que chacun et pas uniquement les plus riches puisse avoir accès aux normes les plus élevées en matière de santé et de soins de santé.

Quels progrès avons-nous accomplis jusqu’à présent ?

Des avancées majeures ont été enregistrées dans plusieurs domaines, dont la santé infantile et maternelle et la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies.
Le taux de mortalité maternelle a diminué de près de 50 % depuis 1990 ; les vaccins contre la rougeole ont permis d’éviter près de 15,6 millions de décès depuis 2000 ; et 13,6 millions de personnes ont eu accès à la thérapie antirétrovirale fin 2014.
Nous avons parcouru un long chemin, mais nous sommes encore loin du compte. Des progrès réels impliquent de parvenir à une couverture sanitaire universelle ; de rendre les médicaments et vaccins essentiels abordables ; de garantir que les femmes aient pleinement accès aux soins de santé en matière de sexualité et de procréation ; et de mettre un terme à tous les décès évitables d’enfants.

Quel sera le coût de la réalisation de ces objectifs ?

Le fait de permettre à tous de vivre en bonne santé exige un engagement ferme, mais les avantages l’emportent sur le
coût. Les personnes en bonne santé sont le fondement des économies en bonne santé.
Par exemple, si nous dépensions un milliard de dollars en couverture vaccinale contre la grippe, la pneumonie et d’autres maladies évitables, nous pourrions sauver la vie d’un million d’enfants chaque année. Ces dix dernières années, l’amélioration de la santé et des soins de santé a entraîné une augmentation des revenus de 24 % dans certains des pays les plus pauvres.
Le coût de l’inaction est supérieur : des millions d’enfants continueront à mourir de maladies évitables, des millions de femmes mourront en cours de grossesse ou d’accouchement, et des millions de personnes seront condamnées à la pauvreté par le coût des soins de santé. À elles seules, les maladies non transmissibles coûteront aux pays à revenu faible et intermédiaire plus de 7 000 milliards de dollars lors des 15 prochaines années.

Que puis-je faire ?

Vous pouvez commencer par promouvoir et protéger votre
propre santé et la santé de ceux qui vous entourent en faisant des choix éclairés, en adoptant des pratiques sexuelles sans risques et en vaccinant vos enfants.
Vous pouvez sensibiliser votre communauté à l’importance de la bonne santé, aux styles de vie sains et au droit à des services de soins de santé de qualité.
Passez à l’action dans les écoles, clubs, équipes et organisations pour promouvoir une meilleure santé pour tous, particulièrement pour les personnes les plus vulnérables comme les femmes et les enfants.
Vous pouvez également obliger votre gouvernement ainsi que vos dirigeants locaux et autres décideurs à rendre compte de leurs engagements visant à améliorer l’accès de la population à la santé et aux soins de santé.
Pour en savoir plus sur l’objectif #3 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Bien que les inscriptions dans l’enseignement primaire dans les pays en développement aient atteint 91 %, 57 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Pourquoi l’éducation est elle importante ?


L’éducation est la clé qui permettra d’atteindre de nombreux autres objectifs de développement durable. Lorsque les personnes ont accès à un enseignement de qualité, elles peuvent rompre le cycle de la pauvreté. L’éducation aide par
conséquent à réduire les inégalités et à atteindre l’égalité des sexes.
Elle offre également le moyen de vivre de façon plus saine et durable. L’éducation est également essentielle pour favoriser la tolérance entre les peuples et contribue à l’instauration de sociétés plus pacifiques.

Donc, grâce à l’éducation, les gens peuvent jouir de meilleurs emplois et de meilleures vies ?


Oui, l’éducation réduit les inégalités. D’après les données enregistrées dans 114 pays entre 1985 et 2005, toute année supplé mentaire d’enseignement est associée à une réduction du coefficient de Gini de 1,4 point de pourcentage.

Mais de nombreux progrès n’ont-ils pas été accomplis ces dernières années dans le domaine de l’éducation ?


Si, les inscriptions dans l’enseignement primaire dans les pays en développement ont atteint 91 %. Selon l’Institut de statistique de l’UNESCO, entre 2000 et 2012, le pourcentage d’enfants non scolarisés en âge de fréquenter l’école primaire est passé de 40 % à 22 % en Afrique subsaharienne et de 20 % à 6 % en Asie du Sud.

Dans quelles régions les populations peinent-elles le plus à avoir accès à l’éducation ?


Plus de la moitié des enfants non scolarisés vivent en Afrique subsaharienne, ce qui en fait la région abritant le plus grand nombre d’enfants non scolarisés au monde. Cette région comptant une population très jeune, elle devra fournir une éducation de base à 444 millions d’enfants âgés de 3 à 15 ans d’ici à 2030, ce qui représente 2,6 fois le nombre d’enfants actuellement scolarisés.

Certains groupes ont-ils plus difficilement accès à l’éducation ?


Oui, les femmes et les filles constituent l’un de ces groupes. Dans environ un tiers des pays situés dans les régions en développement, la parité des sexes fait toujours défaut dans l’enseignement primaire. En Afrique subsaharienne, en Océanie et en Asie de l’Ouest, il subsiste des entraves à l’accès des filles à l’école primaire et secondaire.
Ces désavantages en matière d’éducation se traduisent également par un manque d’accès aux compétences et par des possibilités d’emploi limitées pour les jeunes femmes.

Que pouvonsnous faire ?

• Demander à nos gouvernements de faire de l’éducation une priorité, tant sur le plan politique que dans la pratique.

• Faire campagne auprès de nos gouvernements pour qu’ils s’engagent fermement à garantir une éducation primaire gratuite pour tous, y compris pour les groupes vulnérables ou marginalisés.

• Encourager le secteur privé à investir des ressources dans le développement d’outils et d’infrastructures pédagogiques.

• Inciter les ONG à s’associer aux jeunes et à d’autres groupes pour promouvoir l’importance de l’éducation au sein des communautés locales. Pour en savoir plus sur l’objectif #4 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

En moyenne, dans le monde, les femmes sur le marché du travail gagnent toujours
24 % de moins que les hommes.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.

Pourquoi ?

Les femmes et les filles représentent la moitié de la population mondiale et par conséquent, la moitié de son potentiel. Cependant, de nos jours, les inégalités entre les sexes persistent partout et entravent le progrès social.
En 2014, 143 pays ont inscrit le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes dans leurs constitutions respectives, mais 52 autres doivent encore prendre cet engagement.

Qu’advient-il lorsque l’égalité des sexes n’est pas garantie ?

Les inégalités dont pâtissent les filles peuvent survenir dès la naissance et les suivre tout au long de leur vie. Dans certains pays, les filles n’ont pas accès aux soins de santé ni à une alimentation adéquate, ce qui entraîne un taux de mortalité plus élevé.
Lorsque les filles entrent dans l’adolescence, les disparités entre les sexes se creusent. Les filles sont bien plus touchées par le mariage d’enfants que les garçons. Au niveau mondial, près de 15 millions de filles de moins de 18 ans sont mariées chaque année — soit 37 000 chaque jour.

Le fait de se marier tôt entrave également l’éducation des filles. Environ un tiers des pays en développement n’ont pas réalisé la parité entre filles et garçons à l’école primaire.
En Afrique subsaharienne, en Océanie et en Asie de l’Ouest, il subsiste des entraves à l’accès des filles à l’école primaire et secondaire. Quelles sont les conséquences de l’inégalité des sexes sur les femmes ?
Les désavantages en matière d’éducation se traduisent par un manque d’accès aux compétences et par des possibilités d’emploi limitées pour les jeunes femmes.
L’autonomisation des femmes et des filles est essentielle pour promouvoir la croissance économique et le développement social. La pleine participation des femmes sur le marché du travail permettrait d’augmenter les taux de croissance nationaux de plusieurs points de pourcentage — de plus de 10 % dans de nombreux cas.

Existe-t-il d’autres défis liés à l’égalité des sexes ?

Oui. Trente-cinq pour cent des femmes dans le monde ont subi des violences physiques ou sexuelles exercées au sein du couple ou des violences sexuelles exercées par des personnes autres que le partenaire.
Selon les estimations, 133 millions de filles et de femmes ont subi
une forme de mutilation ou d’ablation génitale féminine dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient où cette pratique néfaste est la plus courante, avec un risque élevé de saignement prolongé, d’infection (y compris le VIH), de complications lors de l’accouchement, de stérilité et de mort.

Mais pourquoi devrais-je me préoccuper de l’égalité des sexes ?

Où que vous viviez, l’égalité des sexes est un droit fondamental. La promotion de l’égalité des sexes est essentielle à tous les domaines d’une société en bonne santé, de la réduction de la pauvreté à la promotion de la santé, de l’éducation, de la protection et du bien-être des filles et des garçons.
Chaque dollar investi dans les programmes de scolarisation des filles et dans l’augmentation de l’âge auquel elles se marient génère cinq dollars de croissance. Chaque dollar investi dans les programmes d’amélioration des activités génératrices de revenus pour les femmes génère sept dollars de croissance.
Que pouvonsnous faire ?
Si vous êtes une fille, vous pouvez rester à l’école, aider à autonomiser vos condisciples de sexe féminin et luter pour votre droit à l’accès aux services de santé en matière de sexualité et de procréation.
Si vous êtes une femme, vous pouvez lutter contre les préjugés inconscients et les associations implicites qui peuvent former une barrière involontaire et souvent invisible à l’égalité des sexes.
Si vous êtes un homme ou un garçon, vous pouvez travailler aux côtés des femmes et des filles pour parvenir à l’égalité des sexes et nouer des relations saines et respectueuses.
Vous pouvez financer des campagnes pour mettre un terme aux pratiques culturelles comme la mutilation génitale féminine et modifier les lois néfastes qui limitent les droits des femmes et des filles et qui les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel.
Pour en savoir plus sur l’objectif #5 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Le manque d’eau concerne plus de 40 % de la population mondiale et ce chiffre devrait augmenter.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Garantir l’accès de tous à des sources d’eau potable et à l’assainissement.

Pourquoi ?

L’accès à l’eau et aux services d’assainissement et d’hygiène est un droit de l’homme et pourtant, des milliards de personnes ont toujours des difficultés quotidiennes pour avoir accès ne serait-ce qu’aux services de base.
Dans le monde, environ 1,8 milliard de personnes consomment une eau contaminée par des matières fécales. Près de 2,4 millions de personnes n’ont pas accès aux services d’assainissement de base comme des toilettes ou des latrines. Le manque d’eau concerne plus de 40 % de la population mondiale et ce chiffre devrait augmenter. Plus de 80 % des eaux usées générées par l’activité humaine sont déversées dans les cours d’eau et les océans sans aucun traitement, ce qui conduit à leur pollution.

Quelles sont les conséquences de ces problèmes ?

Les maladies d’origine hydrique ou liées aux problèmes d’assainissement restent l’une des principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans ; plus de 800 enfants meurent chaque jour de maladies diarrhéiques liées à de mauvaises conditions d’hygiène.
L’eau propre et l’assainissement jouent un rôle clé dans la réalisation des objectifs de développement durable, aux côtés de la bonne santé et de l’égalité des sexes.
En gérant notre eau de façon durable, nous pouvons également mieux gérer notre production alimentaire et énergétique et contribuer au travail décent et à la croissance économique. De plus, nous pouvons préserver nos écosystèmes aquatiques et leur biodiversité et prendre des mesures face à l’évolution du climat.

Quel serait le coût de la résolution de ces problèmes ?

Selon une étude menée par la Banque mondiale, l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé, la fourniture de services d’eau et d’assainissement de base aux personnes non desservies coûterait 28,4 milliards de dollars par an entre 2015 et
2030, soit 0,10 % du PIB des 140 pays inclus dans l’étude.

Quel serait le coût de l’inaction face à ces problèmes ?

Les coûts sont colossaux, tant pour les populations que pour l’économie.
À travers le monde, plus de deux millions de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques. Les mauvaises conditions d’hygiène et l’eau insalubre sont responsables de près de 90 % de ces morts et touchent principalement les enfants.
L’impact économique lié à l’absence d’investissement dans l’eau et l’assainis sement représente 4,3 % du PIB de l’Afrique sub saharienne. La Banque mondiale estime que l’Inde perd 6,4 % de son PIB à cause des impacts et coûts économiques néfastes du manque d’installations d’assainissement adéquates.
L’absence de meilleures infrastructures et d’une meilleure gestion continuera de provoquer la mort de millions de personnes et entraînera des pertes supplémentaires en matière de biodiversité et de résilience des écosystèmes, sapant la
prospérité et les efforts en vue d’un avenir plus durable.

Que pouvons nous faire ?

Les organisations de la société civile devraient faire en sorte que les gouvernements rendent des comptes, investissent dans la recherche et le développement en matière d’eau et promeuvent l’inclusion des femmes, des jeunes et des communautés autochtones dans la gouvernance des ressources en eau.
La sensibilisation à ces rôles et leur mise en pratique entraîneront des avancées mutuellement bénéfiques ainsi qu’une durabilité et une intégrité accrues pour les systèmes humain et écologique.
Vous pouvez également participer aux campagnes en faveur de la Journée mondiale de l’eau et de la Journée mondiale des toilettes, qui visent à fournir des informations et à encourager la prise de mesures face aux problèmes d’hygiène.
Pour en savoir plus sur l’objectif #6 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

L’énergie est le principal facteur contribuant au changement climatique. Elle représente environ 60 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable .

Pourquoi?

Nos vies quotidiennes nécessitent des services énergétiques fiables et abordables qui fonctionnent sans incident et se développent équitablement.
Lorsqu’un système énergétique est bien établi, il soutient tous les secteurs : tant le commerce, la médecine et l’éducation que l’agriculture, les infrastructures, les communications et la technologie de pointe. Inversement, l’absence d’accès à des systèmes d’approvision nement et de transformation de l’énergie constitue une entrave au développement humain et économique. J’ai accès à l’électricité.

Pourquoi devraisje me préoccuper de cet objectif ?

Depuis de nombreuses décennies, les combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz constituent des sources majeures de production d’électricité, mais en brûlant, ils produisent des quantités importantes de gaz à effet de serre, qui provoquent les changements climatiques et ont des incidences négatives sur le bien-être des populations et sur l’environnement. Personne n’est épargné. Par ailleurs, la consommation mondiale d’électricité augmente rapidement. Autrement dit, sans un approvisionnement stable en électricité, les pays seront dans l’incapacité de faire fonctionner leurs économies..

Combien de personnes vivent actuellement sans électricité ?

Plus de 1,2 milliard de personnes — un cinquième de la population mondiale — n’ont pas accès à l’électricité. La majorité d’entre elles résident dans une douzaine de pays d’Afrique et d’Asie.
Sans électricité, les femmes et les filles doivent consacrer des heures à la corvée d’eau, les dispensaires ne peuvent pas conserver des vaccins pour les enfants, de nombreux écoliers ne peuvent pas faire leurs devoirs la nuit et les citoyens ne peuvent pas diriger des entreprises compétitives. Par ailleurs, 2,8 milliards de personnes ont recours au bois, au charbon de bois, aux déjections animales et au charbon pour cuisiner et se chauffer, une pratique qui provoque plus de quatre millions de morts prématurées en raison de la pollution de l’air intérieur.
Quel serait le coût d’un passage à une énergie plus durable ?
Au niveau mondial, l’investissement annuel dans les infrastructures énergétiques durables devra être triplé, passant d’environ 400 milliards de dollars aujourd’hui à 1 250 milliards d’ici à 2030.
Les régions présentant les déficits énergétiques les plus élevés — l’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud — ont besoin de notre aide pour améliorer leur accès à l’énergie. Cela inclut de faire davantage d’efforts pour trouver des solutions de rechange propres, efficaces et abordables aux cuisinières néfastes pour la santé. Que pouvons-nous faire pour résoudre ces problèmes ?
Les pays peuvent accélérer la transition vers un système énergétique abordable, fiable et durable en investissant dans les sources d’énergie renouvelables, en donnant la priorité aux pratiques à haut rendement énergétique et en adoptant des technologies et infrastructures énergétiques propres.
Les entreprises peuvent préserver et protéger les
écosystèmes afin de pouvoir utiliser et développer davantage les sources d’énergie et de bioénergie hydrauliques, et s’engager à satisfaire 100 % de leurs besoins opérationnels en électricité à partir de sources renouvelables.
Les employeurs peuvent réduire la demande interne de services de transport en privilégiant les télécommunica tions et en promouvant des moyens de transport moins énergivore tels que le train, plutôt que la voiture ou l’avion.
Les investisseurs peuvent investir davantage dans les services énergétiques durables, en amenant rapidement de nouvelles technologies sur le marché grâce à une base de fournisseurs élargie.
Vous pouvez économiser de l’électricité en branchant vos appareils électriques, y compris votre ordinateur, dans des blocs multiprises et en les éteignant complètement lorsque vous ne les utilisez pas. Vous pouvez également marcher, rouler à vélo ou prendre les transports publics pour réduire les émissions de carbone.
Pour en savoir plus sur l’objectif #7 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

30 millions : C’est le nombre de nouveaux emplois à fournir aux nouveaux venus sur le marché du travail
chaque année pour suivre la croissance de la population mondiale en âge de travailler.

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Quel est l’objectif ?

Promouvoir une croissance économique durable et inclusive, l’emploi et un travail décent pour tous.

Pourquoi ?

L’élimination de la pauvreté n’est possible que s’il y a des emplois stables et bien rémunérés . Près de 2,2 milliards de personnes vivent en deçà du seuil de pauvreté fixé à deux dollars par jour.

Combien de personnes sont sans emploi ?

Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), plus de 204 millions de personnes étaient sans emploi en 2015.
Le chômage mondial a augmenté, passant de 170 millions de chômeurs en 2007 à près de 202 millions en 2012, dont environ 75 millions sont des jeunes femmes et de jeunes hommes.

Combien d’emplois sont nécessaires ?

Dans le monde, 470 millions d’emplois seront nécessaires pour les nouveaux venus sur le marché du travail entre 2016 et 2030, simplement pour suivre la croissance de la population mondiale en âge de travailler. Cela fait environ 30 millions d’emplois par an.

Donc s’ils obtiennent tous un emploi, la pauvreté extrême disparaîtra ?

Nous devons créer des emplois, mais nous devons également améliorer les conditions des 780 millions de travailleurs et travailleuses qui ne gagnent pas suffisamment leur vie pour se hisser, eux et leur famille, au­dessus du seuil de pauvreté.
Par ailleurs, les femmes et filles doivent avoir les mêmes chances d’accéder à l’emploi que les hommes et les garçons. J’ai un emploi.

Pourquoi devraisje me préoccuper de tout cela ?

La société dans son ensemble bénéficie du fait que plus de personnes sont productives et contribuent à la croissance de leur pays. L’emploi productif et le « travail décent » sont des éléments clés essentiels à la réalisation d’une mondialisation juste et à la réduction de la pauvreté. En outre, si rien n’est fait, le chômage peut mener à l’instabilité et perturber la paix.

Qu’entend-on par « travail décent » ?

Le travail décent est la possibilité pour chacun d’obtenir un travail productif et convenablement rémunéré, assorti de conditions de sécurité sur le lieu de travail, d’une protection
sociale pour sa famille. Il donne aux individus la possibilité de s’épanouir et de s’insérer dans la société. Il est également important de garantir l’égalité des chances entre femmes et hommes sur le marché du travail.
La persistance du manque de possibilités de travail décent, d’investissements insuffisants et de sous­consommation provoque l’érosion du contrat social de base sous­jacent aux sociétés démocratiques : assurer à tous une part des fruits du progrès.

Que pouvons-nous faire pour résoudre ces problèmes ?

Pour fournir aux jeunes la meilleure possibilité de transition vers un travail décent, il est impératif d’investir dans l’éducation et la formation de la meilleure qualité possible, de fournir aux jeunes les compétences correspondant aux besoins du marché du travail, de leur donner l’accès à la protection sociale et aux services de base quel que soit leur type de
contrat, et d’instaurer des conditions d’égalité de sorte que tous les jeunes intéressés puissent obtenir un emploi productif indépendamment de leur sexe, de leur niveau de revenu ou de leur origine socio­économique.
Les gouvernements peuvent s’employer à construire des économies dynamiques, durables, innovantes et axées sur les personnes, en facilitant l’emploi des jeunes et l’autonomisation économique des femmes, en particulier, ainsi qu’un travail décent pour tous.
Les autorités et les collectivités locales peuvent réaménager et planifier leurs villes et leurs établissements humains de manière à promouvoir la cohésion sociale et la sécurité physique, ainsi qu’à stimuler l’innovation et l’emploi.
Pour en savoir plus sur l’objectif #8 et les autres objectifs de développement durable, rendez­vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

L’effet de multiplication d’emplois de l’industrialisation a un impact positif sur la société. Chaque emploi dans le domaine de la fabrication crée 2,2 emplois dans d’autres secteurs.

POURQUOI SONT-ELLES IMPORTANTES ?

Quel est l’objectif ?

Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation.

Pourquoi ?

La croissance économique, le développement social et la lutte contre les changements climatiques dépendent fortement des investissements dans les infrastructures, le développement industriel durable et le progrès technologique.
Face à un paysage économique mondial en rapide mutation et à des inégalités croissantes, la croissance soutenue doit inclure une industrialisation qui, premièrement, rend les possibilités accessibles à tous et, deuxièmement, est soutenue par l’innovation et des infrastructures résilientes.

Quel est le problème ?

Les infrastructures de base telles que les routes, les technologies de l’information et des communications, l’assainissement, l’électricité et l’eau restent rares dans de nombreux pays en développement. Entre 1 et 1,15 milliard de personnes n’ont pas accès à des services téléphoniques fiables. Environ 2,5 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès aux installations sanitaires de base et près de 800 millions de personnes manquent d’eau . Dans les pays en développement, à peine 30 % de la production agricole fait l’objet d’une transformation industrielle.

Pourquoi devrais-je m’en préoccuper ?

Il s’agit de nos moyens de subsistance . La croissance de nouvelles industries entraîne une amélioration du niveau de vie d’un grand nombre d’entre nous. De même, si les industries s’engagent sur la voie de la durabilité, cette approche aura un effet positif sur l’environnement. Les changements climatiques nous touchent tous.

Quel est le prix de l’inaction ?

Le prix est très élevé. Il sera plus difficile de faire disparaître la pauvreté étant donné que l’industrie joue un rôle de catalyseur dans le programme de développement mondial visant à éliminer la pauvreté et à promouvoir le développement durable.
Par ailleurs, l’incapacité à améliorer les infrastructures et à promouvoir l’innovation technologique pourrait se traduire par des soins de santé de mauvaise qualité, des services d’assainissement inadéquats et un accès limité à l’éducation.

Que pouvonsnous faire ?

Établissez des normes et promouvez les réglementations qui veillent à ce que les projets et initiatives des entreprises soient gérés de manière durable.
Collaborez avec les ONG et le secteur public afin de promouvoir une croissance durable au sein des pays en développement.
Réfléchissez à la façon dont l’industrie a un impact sur votre vie et votre bien-être et utilisez les médias sociaux
pour inciter les responsables politiques à faire des objectifs de développement durable une priorité.
Pour en savoir plus sur l’objectif #9 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Nous ne pouvons pas parvenir à un développement durable en excluant une partie de la population mondiale.

POURQUOI EST-ELLE IMPORTANTE ?

Quel est l’objectif ?

Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre.

Pourquoi ?

Les inégalités fondées sur les revenus, le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, la race, la classe, l’origine ethnique, la religion et les inégalités de chance persistent à travers le monde, dans les pays et d’un pays à l’autre. Les inégalités constituent une menace pour le développement économique et social, est préjudiciable à la réduction de la pauvreté et sape le sentiment d’accomplissement et l’estime de soi des individus. Une telle situation risque à son tour de favoriser le crime, les maladies et la dégradation de l’environnement.
Qui plus est, nous ne pouvons pas parvenir au développement durable et rendre la planète meilleure pour tous si des personnes n’ont pas accès aux possibilités, aux services et à la chance d’avoir une vie meilleure. Quelques exemples d’inégalités :
Selon les estimations, 69 millions d’enfants de moins de 5 ans mourront principalement de causes évitables. Les femmes vivant dans les zones rurales ont trois fois plus de chances de mourir pendant l’accouchement que les femmes qui vivent dans les centres urbains. Dans les pays en développement, de nombreuses familles vivent aujourd’hui dans des sociétés où les revenus sont distribués de façon plus inégale que dans les années 1990. Ce ne sont que quelques exemples, mais les inégalités touchent tous les pays du monde.

Pourquoi devrais-je me préoccuper des inégalités si je ne subis aucune forme de discrimination ?

Dans le monde d’aujourd’hui, nous sommes tous liés les uns aux autres. Les problèmes et les défis, qu’il s’agisse de la pauvreté, des changements climatiques ou des crises migratoires et économiques, ne se limitent tout simplement pas à un pays ou une région.
Même dans les pays les plus riches, des communautés continuent de vivre dans l’extrême pauvreté. Les démocraties les plus anciennes sont toujours aux prises avec le racisme, l’homophobie, la transphobie et l’intolérance religieuse. Il ressort d’un récent rapport de l’UNICEF que les inégalités grandissent entre les enfants dans plusieurs pays à revenu élevé .
Nous sommes tous concernés par les inégalités mondiales, qui que nous soyons et où que nous vivions.

Pouvous-nous véritablement parvenir à une égalité mondiale pour tous ?

L’égalité peut et doit être réalisée pour garantir une vie digne pour tous. Les politiques gouvernementales,
économiques et sociales doivent être universelles et accorder une attention particulière aux besoins des communautés désavantagées et marginalisées.
Des statistiques récentes ont montré que c’était possible. Entre 2007 et 2012, les revenus moyens de certaines des familles les plus pauvres de plus de 50 pays, particu lièrement d’Amérique latine et des Caraïbes et de l’Asie, ont augmenté plus rapidement que la moyenne nationale, ce qui a réduit les inégalités de revenus dans ces pays.

Que pouvonsnous faire ?

La réduction des inégalités exige d’importants changements. Il faut redoubler d’efforts pour éliminer la pauvreté et la faim extrêmes, et investir davantage dans la santé, l’éducation, la protection sociale et le travail décent, particulièrement pour les jeunes, les migrants et les autres communautés vulnérables.
Dans les pays, il est primordial de consolider et de promouvoir une croissance sociale et économique
inclusive. Si nous éliminons les lois, politiques et pratiques discriminatoires, nous pouvons garantir l’égalité des chances et réduire les inégalités de revenus.
Entre les pays, nous devons veiller à ce que les pays en développement soient mieux représentés dans la prise de décisions sur les enjeux internationaux, de sorte que les solutions puissent être plus efficaces, crédibles et responsables.
Les gouvernements et les autres parties prenantes peuvent également promouvoir une migration sûre, régulière et responsable, y compris à travers la planification et la bonne gestion des politiques, pour les millions de personnes qui ont quitté leur foyer à la recherche d’une vie meilleure à cause de la guerre, de la discrimination, de la pauvreté, du manque de possibilités ou d’autres facteurs de migration.
Pour en savoir plus sur l’objectif #10 et les autres objectifs de développement durable, rendez­vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Dans les prochaines décennies, 95% de l’expansion urbaine se produira dans les pays en développement.

POURQUOI SONT-ELLES IMPORTANTES ?

Quel est l’objectif ?

Faire en sorte que les villes soient ouvertes à tous, sûres, résilientes et durables.

Pourquoi ?

La moitié de l’humanité — 3,5 milliards de personnes — vit aujourd’hui dans des villes et ce nombre continuera d’augmenter. Étant donné qu’à l’avenir une grande partie de la population mondiale vivra en zone urbaine, les solutions à certains des principaux défis de l’être humain — la pauvreté, les changements climatiques, les soins de santé, l’éducation — doivent être trouvées dans la vie urbaine.

Quels sont les problèmes les plus pressants que rencontrent actuellement les villes ?

Les inégalités sont une grande source de préoccupations. Huit cent vingt-huit millions de personnes vivent actuellement dans des taudis et ce nombre continue d’augmenter. Les niveaux de consommation énergétique et de pollution urbaines sont également inquiétants. Les villes n’occupent que 3 % de la masse continentale mondiale, mais elles consomment entre 60 % et 80 % de l’énergie mondiale et produisent 75 % des émissions de carbone . De nombreuses villes sont également plus vulnérables aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles à cause de leur forte concentration de personnes et de leur emplacement. Par conséquent, il est essentiel de renforcer la résilience des villes pour éviter des pertes humaines, sociales et économiques. Je vis dans une ville, mais je ne suis pas touché par ces problèmes. Pourquoi devrais-je m’en préoccuper ? À terme, nous serons tous concernés par ces problèmes. Les inégalités peuvent mener à l’instabilité et à l’insécurité, la pollution nuit à la santé de tous et réduit la productivité des travailleurs et par conséquent de l’économie, et les catastrophes naturelles ont la capacité de perturber le style de vie de chacun.

Que se passera-t-il si nous laissons les villes poursuivre leur croissance interne ?

Les énormes taudis , embouteillages, émissions de gaz à effet et le vaste étalement des
banlieues à travers le monde sont l’illustration du coût d’une urbanisation mal planifiée. Les taudis sont un frein à la croissance du PIB et diminuent l’espérance de vie. En choisissant d’agir durablement, nous décidons de construire des villes où tous les citoyens jouissent d’une qualité de vie décente et font partie de la dynamique productive de la ville, instaurant une prospérité partagée et une stabilité sociale sans porter préjudice à l’environnement.

La mise en place de pratiques durables est-elle onéreuse ?

Le coût est minime par rapport aux bénéfices. Par exemple, la création d’un réseau de transport public fonctionnel représente un coût, mais les bénéfices sont énormes du point de vue de l’activité économique, de la qualité de vie, de l’environnement et de la réussite globale d’une ville bien desservie en transport public.

Que puis-je faire ?

• Intéressez-vous activement à la gouvernance et à la gestion de votre ville.
• Rendez-vous compte de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas dans votre communauté.
• Militez en faveur du type de ville que vous jugez nécessaire.
• Formulez une vision pour votre bâtiment, votre rue et votre quartier et essayez d’y parvenir.

Y a-t-il suffisamment d’emplois ?

Êtes-vous situé à proximité d’un centre de soins de santé ?

Vos enfants peuvent-ils se rendre à l’école à pied en sécurité ?

Pouvez-vous vous promener avec votre famille la nuit ?

À quelle distance se trouve l’arrêt de bus ou la gare la plus proche ?

Comment qualifieriez-vous la qualité de l’air ?

Comment trouvezvous les espaces publics partagés ?

Plus les conditions que vous créerez dans votre communauté seront bonnes, plus leurs effets sur la qualité de vie seront grands.
Pour en savoir plus sur l’objectif #11 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Si la population mondiale atteint
9.6 milliards de personnes d’ici à 2050, l’équivalent de près de trois planètes sera nécessaire pour maintenir les modes de vie actuels.

POURQUOI SONT-ELLES IMPORTANTES ?

Quel est l’objectif ?

Établir des modes de consommation et de production durables.

Pourquoi ?

On s’attend à ce que de plus en plus de personnes à travers le monde entrent dans la classe moyenne au cours des vingt prochaines années.C’est un pas en avant pour la prospérité individuelle, mais cela augmentera la demande de ressources naturelles déjà limitées. Si nous ne prenons pas de mesures pour modifier nos modes de consommation et de production, nous endommagerons notre environnement de façon irréversible.

Quels modes de consommation et de production actuels devons nous modifier ?

Avec des changements simples, de nombreux aspects de la consommation peuvent avoir un impact majeur sur la société dans son ensemble. Par exemple, chaque année, environ un tiers de tous les aliments produits — soit l’équivalent de 1,3 milliard de tonnes d’une valeur d’environ 1 000 milliards de dollars — finit par pourrir dans les poubelles des consommateurs et détaillants ou par se gâter faute d’être transporté ou récolté dans de bonnes conditions. Les entreprises doivent résoudre ce problème.
En ce qui concerne les consommateurs, les ménages consomment 29 % de l’énergie mondiale et contribuent par conséquent à 21 % des émissions de CO2 qui en résultent. Cependant, si tout le monde sur Terre utilisait uniquement des ampoules basse consommation, le monde économiserait 120 milliards de dollars chaque année. La question de la pollution des eaux demeure pressante et requiert une solution durable. Nous polluons l’eau à une vitesse excédant la capacité de la nature à recycler et purifier l’eau des cours d’eau et des lacs.

En tant qu’entreprise, que puis-je faire pour aider ?

Il est dans l’intérêt des entreprises de trouver de nouvelles solutions qui permettent des modes de consommation et de production durables. Il est nécessaire de mieux comprendre les impacts environnementaux et sociaux des produits et des services, tant au niveau des cycles de vie des produits que de la façon dont ceux-ci sont influencés par notre style de vie. Une première étape fondamentale consiste à identifier les « points clés » de la chaîne de valeur qui, modifiés, ont le plus de chance d’améliorer l’impact environ-nemental et social du système dans son ensemble Les entreprises peuvent également utiliser leur capacité d’innovation pour élaborer des solutions qui autorisent et motivent les individus à mener un style de vie plu durable, réduisant les impacts et améliorant le bien-être. En tant que consommateur, que puis-je faire pour aider ? Vous pouvez aider de deux façons principales : 1. En réduisant vos déchets.
2. En réfléchissant à ce que vous achetez et en choisissant dans la mesure du possible une option durable.
Vous pouvez réduire vos déchets de nombreuses façons, par exemple en veillant à ne pas jeter de nourriture ou en réduisant votre consommation de plastic — l’un des principaux polluants trouvés dans l’océan. Le fait de se servir d’un sac réutilisable, de refuser d’utiliser des pailles en plastique et de recycler les bouteilles en plastique est une bonne façon d’apporter sa contribution. La prise de décisions d’achat éclairées constitue également une autre façon d’aider. Par exemple, l’industrie textile est actuellement le deuxième plus grand pollueur d’eau potable après l’agriculture, et de nombreuses entreprises de mode exploitent les travailleurs du secteur textile. En achetant des produits issus de sources locales et durables, vous pouvez changer la donne et faire pression sur les entreprises pour qu’elles adoptent des pratiques durables.
Pour en savoir plus sur l’objectif #12 ou sur les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

En 2015, 286 milliards de dollars ont été investis dans les énergies renouvelables à travers le monde, soit deux fois plus que dans les combustibles fossiles.

QUELLE IMPORTANCE POUR LES ENTREPRISES ?

Quel est l’objectif ?

Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.

Pourquoi ?

L’évolution du climat est le résultat des activités humaines et menace notre mode de vie et l’avenir de notre planète. En luttant contre les changements climatiques, nous pouvons construire un monde durable pour tous, mais nous devons agir maintenant.

Nos conditions de vie sont-elles vraiment touchées par les changements climatiques ?

Oui. Les conditions météorologiques extrêmes et l’augmentation du niveau de la mer touchent les populations et leurs biens, tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Du petit exploitant agricole philippin à l’homme d’affaires londonien, les changements climatiques concernent tous le monde, en particulier les personnes pauvres et vulnérables, ainsi que les groupes marginalisés tels que les femmes, les enfants et les personnes âgées.

Que se passera-t-il si nous n’agissons pas ?

Si rien n’est fait, les changements climatiques anéantiront une grande partie des progrès accomplis ces dernières années en matière de développement. Comme nous pouvons déjà le constater, l’évolution du climat peut également exacerber les menaces actuelles, telles que la pénurie de nourriture et d’eau, ce qui peut donner lieu à des conflits. L’inaction finira par nous coûter bien plus que la mise en place de mesures qui amèneront plus d’emplois, une plus grande prospérité et une vie meilleure, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en renforçant la résilience climatique.

Quel est le rôle des entreprises dans la lutte contre les changements climatiques ?

Aux quatre coins du monde, de nombreux dirigeants d’entreprise ont compris que les changements climatiques et la dégradation de l’environnement présentent de nouveaux risques et possibilités importants pour la compétitivité, la croissance et le
développement de leur entreprise, et font de l’évolution du climat un créneau de marché. Aux quatre coins du monde, de nombreux dirigeants d’entreprise ont compris que les changements climatiques et la dégradation de l’environnement présentent de nouveaux risques et possibilités importants pour la compétitivité, la croissance et le développement de leur entreprise, et font de l’évolution du climat un créneau de marché. Comment mon entreprise peut elle lutter contre les changements climatiques ?

Les entreprises peuvent faire partie de la solution en s’engageant à dé-carboniser leurs activités et chaînes d’approvisionnement. Pour ce faire, elles peuvent :

• améliorer leur efficacité énergétique ;

• réduire l’empreinte carbone de leurs produits, services et processus ;

• fixer des objectifs de réduction des émissions en phase avec les recommandations des spécialistes du climat ;

• augmenter leurs investissements dans le développement de produits et services innovants, inclusifs, climatiquement rationnels et sobres en carbone ;

• se préparer à s’adapter aux changements climatiques et renforcer la résilience de leurs activités, de leurs chaînes d’approvisionnement et des communautés dans lesquelles elles opèrent.

Existe-t-il d’autres façons de lutter contre les changements climatiques ?

Étant donné que les secteurs d’activités diffèrent grandement les uns des autres, de nombreuses approches sont possibles. Vous pouvez par exemple impliquer votre entreprise en rejoignant le Programme des chefs d’entreprise pour la protection du climat. Lancée en 2007 par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Ban Ki-moon, cette initiative aide les entreprises à proposer des solutions pratiques, à partager leurs expériences, à orienter les politiques publiques et à faire évoluer les mentalités. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : http://caringforclimate.org/

Les aires marines protégées contribuent à réduire la pauvreté en augmentant les revenus et en améliorant la santé.

POURQUOI EST-ELLE IMPORTANTE ?

Quel est l’objectif ?

Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.

Pourquoi ?

Les océans procurent des ressources naturelles essentielles, dont de la nourriture, des médicaments, des biocarburants et d’autres produits. Ils aident à la décomposition et à l’élimination des déchets et des polluants, et leurs écosystèmes côtiers agissent comme des tampons en réduisant les dégâts provoqués par les tempêtes. La préservation de la bonne santé des océans favorise nos efforts d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses effets.

Et vous êtes-vous rendu(e) à la mer ?

La côte est un endroit idéal pour le tourisme et les activités de loisirs.
Qui plus est, les aires marines protégées contribuent à réduire la pauvreté en augmentant les prises de poisson et les revenus, et en améliorant la santé. Elles aident également à accroître l’égalité des sexes, puisque les femmes abattent une grande partie du travail dans les pêcheries artisanales.
Le milieu marin abrite également une incroyable diversité de superbes créatures, allant des organismes unicellulaires au plus grand animal ayant jamais vécu sur Terre, la baleine bleue. Il abrite également les récifs coralliens, l’un des écosystèmes les plus diversifiés de la planète.

On dirait que ça vaut la peine de les protéger.

Donc c’est quoi le problème ?

L’augmentation de la quantité de déchets dans les océans présente un impact environnemental et économique majeur. Les déchets marins ont un impact sur la biodiversité, car des organismes peuvent ingérer ces déchets ou se retrouver pris dedans, ce qui peut les tuer ou les empêcher de se reproduire.
En ce qui concerne les récifs coralliens de la planète, environ 20 % d’entre eux ont été totalement détruits et ne présentent aucune perspective de rétablissement. Environ 24 % des récifs restants présentent un risque imminent de disparition à cause de la pression humaine, et 26 % sont menacés de disparition sur le long terme.
Par ailleurs, une gestion inadéquate du milieu marin entraîne une surexploitation des richesses halieutiques. Selon les estimations, cela représente une perte d’environ 50 milliards de dollars par an pour les pêcheries. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) estime que l’impact économique cumulatif des mauvaises méthodes de gestion des océans équivaut au minimum à 200 milliards de dollars par an. En l’absence de mesures d’atténuation, les changements climatiques augmenteront le coût des dégâts subis par les océans
de 322 milliards supplémentaires par an d’ici à 2050.

Quel serait le coût de la préservation des océans ?

Le coût engendré par la prise de mesures est largement compensé par les gains sur le long terme. Sur le plan économique, la Convention sur la diversité biologique avance que l’intensification des mesures pour préserver les océans entraînera un coût public initial de 32 milliards de dollars et des frais annuels récurrents de 21 milliards de dollars.

Que pouvons nous faire ?

Pour les zones de haute mer et d’eaux profondes, la durabilité ne peut être assurée que par une coopération internationale accrue pour protéger les habitants vulnérables. Des systèmes complets, efficaces et équitablement gérés de zones protégées par les gouvernements devraient être instaurés pour préserver la biodiversité et garantir un avenir durable au secteur de la pêche.
Au niveau local, nous devrions prendre des décisions
respectueuses de l’environnement lorsque nous achetons des produits ou mangeons des aliments issus des océans, et nous devrions uniquement consommer ce dont nous avons besoin. Un bon point de départ serait de commencer à acheter des produits certifiés.
Nous pouvons réaliser des économies d’énergie en apportant de petits changements à nos habitudes quotidiennes, par exemple en prenant les transports publics ou en débranchant nos appareils électroniques.
Ces actions réduisent notre empreinte carbone, un facteur qui contribue à l’élévation du niveau de la mer.
Nous devrions réduire au maximum l’utilisation du plastique et organiser des opérations de nettoyage des plages.
Plus important encore, nous pouvons expliquer autour de nous à quel point la vie marine est importante et pourquoi nous devons la protéger.
Pour en savoir plus sur l’objectif #14 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Environ 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour assurer leur subsistance.

POURQUOI EST-ELLE IMPORTANTE ?

Quel est l’objectif ?

Gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.

Pourquoi ?

Les forêts recouvrent près de 31 % de la surface de la planète. De l’air que nous respirons à l’eau que nous buvons en passant par la nourriture que nous mangeons, les forêts subviennent à nos besoins.
Pensez-y. Environ 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour assurer leur subsistance. Près de 75 % des pauvres dans le monde sont touchés directement par la dégradation des terres.

Saviez-vous que les forêts abritent plus de 80 % des espèces d’animaux, de plantes et d’insectes que compte la planète ?

Et sur les 8 300 races animales connues dans le monde, 8 % ont disparu et 22 % sont menacées d’extinction.
Les services rendus par les écosystèmes et la diversité biologique que les forêts sous-tendent peuvent également être à la base des stratégies d’adaptation aux changements climatiques et de réduction des risques de catastrophes, car elles peuvent apporter des avantages qui augmenteront la résilience des populations aux impacts des changements climatiques.
Les forêts et la nature sont également importantes pour les loisirs et le bien-être mental. Dans de nombreuses cultures, les paysages naturels sont étroitement liés aux valeurs spirituelles, aux croyances religieuses et aux enseignements traditionnels.

Quel serait le coût de la préservation des forêts ?

Selon le secrétariat du Forum des Nations Unies sur les forêts, la gestion durable des forêts à l’échelle mondiale coûterait entre 70 et 160 milliards de dollars par an. La Convention sur la diversité biologique estime qu’entre 150 et 440 milliards de dollars sont nécessaires chaque année pour mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité au niveau mondial d’ici au milieu du siècle.

Quel serait le coût de l’inaction ?

La biodiversité offre d’innombrables services, tant au niveau local que mondial, alors que les réponses à la perte de biodiversité vont de l’émotionnel à l’utilitaire. Par exemple, la valeur des insectes et autres transporteurs de pollen est estimée à plus de 200 milliards de dollars annuels pour l’économie alimentaire mondiale. Trois quarts des médicaments les plus prescrits au monde contiennent des composants issus d’extraits de plantes et seraient donc menacés de disparaître. Les catastrophes naturelles provoquées par les écosystèmes bouleversés par l’impact humain et les changements climatiques coûtent déjà au monde plus de 300 milliards de dollars par an. La déforestation et la dégradation des forêts entraînent des pertes d’habitats pour toutes les espèces, une diminution de la qualité de l’eau douce et une augmentation de l’érosion des sols, de la dégradation des terres et des émissions de carbone dans l’atmosphère. En bref, l’inaction à l’égard de nos forêts a une incidence à la fois sur la santé de la planète et sur celle de nos communautés.

Que pouvons nous faire ?

Inévitablement, notre présence modifie l’écosystème auquel nous appartenons, mais nous pouvons choisir soit d’affirmer la diversité, soit de la dévaloriser.
Il existe plusieurs façons d’aider. Par exemple, nous pouvons recycler, manger des aliments locaux issus de sources durables, consommer uniquement ce dont nous avons besoin et limiter notre utilisation d’énergie par le biais de systèmes de chauffage et de climatisation efficaces.
Nous devons également être respectueux de la vie sauvage et ne participer à des activités d’écotourisme que si elles sont gérées de façon responsable et éthique, afin d’éviter de perturber la vie sauvage.
La bonne gestion des zones protégées favorise les écosystèmes en bonne santé, qui à leur tour rendent les populations en bonne santé. Il est par conséquent essentiel de garantir l’implication des communautés locales dans le développement et la gestion de ces zones protégées.
Pour en savoir plus sur l’objectif #15 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur :
http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr

Des sociétés pacifiques, justes et inclusives sont nécessaires afin d’atteindre les objectifs de développement durable.

POURQUOI SONT-ELLES IMPORTANTES ?

Quel est l’objectif ?

Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.

Pourquoi ?

Des sociétés pacifiques, justes et inclusives sont nécessaires afin d’atteindre les objectifs de développement durable. Tous les citoyens du monde ont le droit de vivre libérés de la crainte d’une quelconque forme de violence et de se sentir en sécurité lorsqu’ils vaquent à leurs occupations, indépendamment de leur origine ethnique, de leurs croyances ou de leur orientation sexuelle.
Afin de progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable, nous avons besoin d’institutions publiques efficaces et inclusives à même de garantir une éducation et des soins de santé de qualité, des politiques économiques justes et une protection inclusive de l’environnement.

Que devons-nous faire pour résoudre ce problème ?

Pour instaurer la paix, la justice et l’inclusion, il est important que les gouvernements, la société civile et les communautés travaillent main dans la main pour mettre en œuvre des solutions durables pour réduire la violence, rendre justice, lutter contre la corruption et garantir la participation inclusive en permanence.
La liberté d’exprimer ses opinions, en privé ou en public, doit être garantie. Les personnes doivent pouvoir contribuer aux décisions qui les concernent. Les lois et politiques doivent être appliquées sans aucune forme de discrimination. Les différends doivent être résolus au travers de systèmes politiques et judiciaires opérationnels.
Les institutions nationales et locales doivent être responsables de leurs actes et fournir des services de base de façon équitable aux familles et aux communautés, sans que des pots de vin ne soient nécessaires.

Pourquoi suis-je concerné par cet objectif ?

Les crimes qui menacent les fondements des sociétés pacifiques, dont les homicides, la traite d’êtres humains et la criminalité organisée, touchent tous les pays, tout comme les lois
et pratiques discriminatoires. Même les plus grandes démocraties se heurtent à des difficultés majeures lorsqu'elles protègent l’ensemble de leurs citoyens contre la corruption, le crime et les violations des droits de l’homme.

Quel serait le coût de l’inaction ?

La violence armée et l’insécurité ont des effets destructeurs sur le développement d’un pays. Elles sapent la croissance économique et entraînent souvent des griefs persistants au sein des communautés.
La violence, sous toutes ses formes, a de graves conséquences sur les sociétés. La violence porte atteinte à la santé, au développement et au bien-être des enfants, ainsi qu’à leur capacité à s’épanouir. Elle cause des traumatismes et affaiblit l’inclusion sociale.
À cause du manque d’accès à la justice, les conflits ne sont pas résolus et les personnes ne peuvent pas obtenir protection et réparation. Les institutions qui ne respectent pas les lois légitimes sont enclines à prendre des décisions arbitraires et à commettre des abus de pouvoir, et sont moins en mesure de dispenser des services publics pour tous.
L’exclusion et la discrimination ne vont pas uniquement à l’encontre des droits de l’homme, elles provoquent également du ressentiment et de l’animosité et pourraient mener à la violence.

Que puis-je faire ?

Intéressez-vous réellement aux actions menées par votre gouvernement. Sensibilisez votre communauté à la réalité de la violence et à l’importance de sociétés pacifiques et justes, et déterminez la façon dont vous pouvez poursuivre les objectifs de développement durable dans votre vie quotidienne. Exercez votre droit à exiger que vos élus rendent des comptes. Exercez votre droit à la liberté d’information et partagez votre opinion avec vos élus. Soyez le changement : promouvez l’inclusion et le respect des personnes d’horizons, d’origines ethniques, de religions, de sexes, d’orientations sexuelles ou d’opinions différents. Ensemble, nous pouvons aider à créer les conditions propices à une vie digne pour tous.
Pour en savoir plus sur l’objectif #16 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/

« Pour mener à bien le Programme de développement durable à l’horizon 2030, nous devons rapidement passer de l’engagement à l’action. Et pour ce faire, nous avons besoin de partenariats solides, inclusifs et intégrés à tous les niveaux. »
Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

POURQUOI SONT-ILS IMPORTANTS ?

Quel est l’objectif ?

Revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Pourquoi ?

En 2015, les dirigeants de la planète ont adopté le Programme de développement durable à l’horizon 2030 qui vise à mettre fin à la pauvreté et à lutter contre les inégalités et les changements climatiques. Pour ce faire, nous devons tous unir nos forces — gouvernements, société civile,
milieux scientifique et universitaire et secteur privé — pour atteindre les objectifs de développement durable.

Pourquoi devrais-je m’en préoccuper ?

Cela nous concerne tous. Le Programme, avec ses 17 objectifs de développement durable, est universel et appelle aussi bien les pays développés que les pays en développement à prendre des mesures pour veiller à ce que personne ne soit laissé en arrière.

En tant que partenaires, que devrions-nous faire pour réaliser le Programme ?

Nous devrons mobiliser les ressources existantes et des moyens supplémentaires — développement technologique, ressources financières, renforcement des capacités — et les pays développés devront remplir leurs engagements d’aide publique au développement. Les partenariats multipartites seront essentiels pour tirer parti des interconnexions entre les objectifs de développement durable, dans le but de renforcer leur efficacité et leur impact et d’accélérer les progrès dans la réalisation des objectifs de développement durable.

Comment pouvonsnous garantir la mobilisation et le contrôle efficaces des ressources nécessaires ?

Cela relèvera avant tout de la responsabilité des pays. Il sera nécessaire d’effectuer des examens de l’avancement des objectifs
dans chaque pays, en impliquant la société civile, le milieu des affaires et les représentants de différents groupes d’intérêts. Au niveau régional, les pays partageront
Leurs expériences et s’attaqueront à des problématiques communes tandis que chaque année, aux Nations Unies, le Forum politique de haut niveau pour le développement durable fera le point sur les avancées réalisées au niveau mondial, identifiera les lacunes et les questions émergentes, et recommandera des mesures correctives.

Que pouvons-nous faire pour aider ?

Rejoignez/créez un groupe au sein de votre communauté locale qui vise à mobiliser l’action sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable.
Encouragez vos gouvernements à établir des partenariats avec les entreprises en faveur de la mise en œuvre des objectifs de développement durable.
Enregistrez vos initiatives sur la Plateforme de partenariats pour les objectifs de développement durable pour informer, éduquer, créer des réseaux et vous inspirer : https://sustainabledevelopment.un.org/fr/partnerships
Pour en savoir plus sur l’objectif #17 et les autres objectifs de développement durable, rendez-vous sur:
https://sustainabledevelopment.un.org/fr/partnerships

Free Estimation

Request A Quote

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis.